Prématuré

Des bactéries non dérectées dans le liquide amniotique  Abonné

Publié le 19/01/2009

Des chercheurs américains ont montré à l’aide de techniques de clonage génique que près de 60 % des bactéries en cause dans les inflammations du liquide amniotique responsables d’accouchement prématuré ne sont pas décelées par les cultures traditionnelles. Dans le groupe contrôle, l’analyse de 16 liquides amniotiques prélevés initialement pour un test de maturation pulmonaire fœtale n’a pas retrouvé la présence de ces bactéries par la méthode génomique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte