Des associations ne veulent pas que l’e-cigarette devienne un médicament

Publié le 03/10/2013

L’Office français de prévention du tabagisme (OFT) et l’association d’usagers Aiduce s’opposent au projet européen de donner un statut de médicament à la cigarette électronique. Dans un « cri d’alarme » conjoint, ils affirment que l’e-cigarette doit rester « facilement accessible aux fumeurs dans tous les pays européens ; plus le produit est accessible aux fumeurs, plus ils seront nombreux à quitter le tabac ». En France, « il y a aujourd’hui un million de fumeurs qui sont devenus un million de vapoteurs », estime le Pr Bertrand Dautzenberg, président de l’OFT, soulignant que le nombre de boutiques d’e-cigarettes a pratiquement quadruplé depuis le début de l’année (près de 400 aujourd’hui). La décision sur le statut de l’e-cigarette pour les 20 ans à venir devrait intervenir à Strasbourg le 8 octobre prochain avec le vote par le Parlement européen de la directive sur les produits du tabac. « Dans des pays comme la France, un statut pharmaceutique (non voulu par les pharmaciens français) réduira considérablement l’accès au produit (à moins d’assister au développement d’un marché illégal) et nuira à la régression du tabagisme », ajoutent les associations.

Quotipharm.com, le 03/10/2013

Source : lequotidiendupharmacien.fr