HUMEUR

Démocratie  Abonné

Publié le 08/03/2012

Il y a deux sortes de candidats : ceux qui croient aux sondages et ceux qui n’y croient pas. Les premiers sont en tête des enquêtes d’opinion. Les seconds n’ont pratiquement aucune chance. Les uns se battent avec acharnement, soit pour conserver leur avance, soit pour combler leur retard. Les autres disent attendre avec confiance le verdict des urnes, seul paramètre valable de leur popularité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte