Histoires de santé

De l’urine philosophale au phosphore  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 07/09/2017
Johann von Löwenstern-Kunckel (1620-1703)

Johann von Löwenstern-Kunckel (1620-1703)
Crédit photo : DR

Singulier avatar de la « théorie des signatures » ! En quête de la pierre philosophale, qui transmutait, croyait-on, tout métal en or, Hennig Brandt (1630-1692), négligeait ses activités de négociant en grains à Hambourg pour se consacrer à l’alchimie et s’était persuadé que la coloration dorée de l’urine témoignait de son pouvoir à transformer la matière vile en métal précieux… Il cherchait ainsi à faire réagir lors d’une longue cuisson au four des métaux vulgaires avec un extrait noirâtre obtenu en concentrant de l’urine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte