Mouvements sociaux aux Antilles et à La Réunion

De lourdes conséquences pour les officines  Abonné

Publié le 12/03/2009
Malgré l’accord sur les salaires intervenu la semaine dernière, la tension n’est pas retombée en Guadeloupe : l’activité des officines de l’île est toujours perturbée. À la Martinique, le conflit n’est pas non plus réglé et les négociations se poursuivent. La situation semble plus calme à La Réunion, elle aussi confrontée à un mouvement social. Le point avec nos confrères installés dans ces îles.

LES MOUVEMENTS sociaux déclenchés aux Antilles et à La Réunion ne sont pas achevés. En Guadeloupe, malgré un accord de sortie de crise signé le 4 mars, la tension est toujours palpable. Car cet accord, qui prévoit une augmentation de 200 euros pour les bas salaires, n’a pas été paraphé par le MEDEF et plusieurs autres organisations patronales majoritaires. Du coup, pour le moment, seulement 15 000 à 30 000 salariés sont concernés. Du côté des officines, on attend l’extension de cet accord à l’ensemble des professions pour appliquer la hausse de salaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte