Coronavirus : la Bétadine réduirait la charge virale

Par
Charlotte Demarti -
Publié le 03/04/2020
bétadine

bétadine
Crédit photo : Phanie

Pour Luc Grislain, professeur à la faculté de pharmacie de Bordeaux, la Bétadine pourrait être utilisée en gargarisme chez les patients ayant les premiers symptômes du Covid-19, et comme moyen de prévention, en complément des autres gestes barrière, chez toute personne en contact avec une personne atteinte.

« Nous recommandons aux personnes ayant des premiers symptômes de Covid-19 (maux de gorge, toux…) de faire des gargarismes de povidone iodée, c’est-à-dire avec de la Bétadine verte diluée, et cela trois à quatre fois par jour, après les repas », préconise Luc Grislain, professeur de pharmacie industrielle à la faculté de pharmacie de Bordeaux. Il ajoute que « ce geste barrière est également recommandé en prévention, en complément des autres dispositifs, pour toute personne en contact avec des personnes atteintes ». Luc Grislain appuie sa préconisation sur plusieurs études qui ont montré une efficacité de la povidone iodée dans la lutte contre les coronavirus responsables du SRAS et du MERS. Cependant, notons que ces études n'ont été réalisées qu’in vitro (article 1 et article 2 dans la revue « Infectious disease therapy », article dans la revue « Dermatology »). In vitro, un contact de 15 secondes à 2 minutes est suffisant pour supprimer la charge virale.

Si la povidone iodée s’est montrée efficace sur les coronavirus du SRAS et du MERS, « il n’y a pas de raison qu’elle ne fonctionne pas contre le virus responsable du Covid-19 », poursuit l'enseignant. L’utilisation de gargarisme de povidone iodée permet de réduire la charge virale et donne plus de temps au système immunitaire pour produire les anticorps.

Pour faire des gargarismes, on peut avoir recours à la Bétadine verte spéciale gargarisme ou encore à la Bétadine jaune (dermique), mais dont la texture est moins agréable au palais. « La Bétadine doit être diluée dix fois pour un optimum d’efficacité », explique Luc Grislain. En effet, « il s’agit d’un complexe d’iode inclus dans une molécule de PVP en équilibre avec l’iode libre, non complexé qui exerce l’activité antiseptique. Plus elle est diluée plus la fraction d’iode libre virucide est importante. »


Source : lequotidiendupharmacien.fr