COMPTABILITE  Abonné

Publié le 25/06/2009
L’organisation administrative est trop souvent le parent pauvre dans les pharmacies

L’organisation administrative est trop souvent le parent pauvre dans les pharmacies
Crédit photo : S. Toubon

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- D’après vos observations, l’organisation administrative de l’officine a-t-elle progressé ces dernières années ?

PHILIPPE BECKER.- Pas suffisamment au regard de la taille atteinte par certaines officines. L’organisation administrative ou encore ce que l’on appelle le « back-office » est trop souvent le parent pauvre dans les officines. Ce n’est pas normal car faute d’une bonne organisation, certaines pharmacies souffrent d’un manque total de visibilité. Par les temps actuels, ce n’est pas permis !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte