Ces dopés qui s’ignorent

Compétitions de pharmacovigilance  Abonné

Publié le 25/10/2010

EXPOSER sur la place publique ses petits soucis hémorroïdaires, voilà ce à quoi a déjà été condamné le malheureux nageur français Frédérick Bousquet. Sans parler de sa suspension de deux mois infligée par les autorités sportives… Contrôlé positif à l’heptaminol en juin dernier lors du meeting de Canet-en-Roussillon, le champion d’Europe 2010 du 50 m nage libre semble pourtant de bonne foi : « Je me soigne depuis huit ans pour une pathologie très précise avec un médicament qui ne contient pas ce produit interdit (...) et puis juste avant le meeting, j’ai souffert d’une crise violente.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte