Un projet à l’étude au parlement italien

Clause de conscience pour les pharmaciens italiens  Abonné

Publié le 20/05/2010
Entre deux réunions sur la Grèce et la déliquescence des finances de la péninsule qui risque d’être déclassée par les agences de notation, le Parlement italien s’interroge sur la possibilité d’accorder le droit à la clause de conscience aux pharmaciens. À l’origine de cette réflexion, un projet de loi peaufiné par trois députés de la droite berlusconienne. Si tout se passe bien, le dispositif sera soumis au vote des députés avant l’été avant d’être examiné par les sénateurs.

TOUT A COMMENCÉ avec le débat sur la pilule du lendemain qui a suscité l’indignation du Vatican, toujours présent dans la vie quotidienne des Italiens, et de certains pharmaciens, choqués dans leurs convictions morales et éthiques. Du coup, trois parlementaires zélés ont pris leur plume et rédigé un projet de dispositif s’appuyant sur le problème posé par la pilule du lendemain.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte