Jacques Callanquin*,

chargé d’enseignement du MAD à la faculté de Nancy  Abonné

Publié le 11/03/2013
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Vous êtes connu et reconnu pour votre engagement dans le MAD. Comment cela a-t-il commencé ?

JACQUES CALLANQUIN.- J’ai repris les études à 42 ans pour passer le DU d’orthopédie, qui était à l’époque obligatoire pour pouvoir délivrer un certain nombre d’orthèses. Quatre ans plus tard, j’ai passé le DU MAD avec le Pr Labrune et nous avons sympathisé. C’est lui qui a dirigé ma thèse et nous avons écrit des livres ensemble. Le DU MAD a été une révélation pour moi.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte