Rentrée des classes

C’est le moment d’obéir !?  Abonné

Publié le 07/09/2009
Daniel Marcelli, chef du service de psychiatrie infanto-juvénile du CHU
C’est parce que l’obéissance a été confondue avec la soumission qu’elle est aujourd’hui disqualifiée

C’est parce que l’obéissance a été confondue avec la soumission qu’elle est aujourd’hui disqualifiée
Crédit photo : AFP

Il faut donner à l'enfant " un cadre, une limite et une certaine cohérence »

Il faut donner à l'enfant " un cadre, une limite et une certaine cohérence »
Crédit photo : dr

LE QUOTIDIEN – Vous dénoncez le « silence absolu sur la place de l’obéissance » dans l’éducation des enfants. Doit-on prendre votre livre comme une révolte ?

Pr DANIEL MARCELLI. - Le mot révolte n’est pas adéquat. Je dirais que j’ai écrit ce livre pour m’étonner et souligner le paradoxe intellectuel et moral de notre société : on n’arrête pas de parler d’autorité et il n’y a quasiment jamais de réflexion sur l’obéissance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte