TOURISME - Rhodes et les îles du Dodécanèse

C’est ainsi que l’histoire vit  Abonné

Publié le 18/07/2011
Plantée au sud-est de la mer Égée, à quelques encablures des côtes turques, l’île de Rhodes offre une fenêtre éblouissante sur des siècles d’histoire. Depuis l’antiquité grecque, la capitale de l’archipel du Dodécanèse s’est gorgée des cultures romaine, byzantine, ottomane et européenne, sans oublier l’époque des chevaliers de l’ordre de Saint-Jean, fondateurs de la cité médiévale, classée au patrimoine de l’Unesco. Une richesse qui irradie sur les îles alentour, en particulier celle de Kos, où le père de la médecine, Hippocrate, pratiquait son art non loin du sanctuaire consacré au dieu Esculape.
La statue d'Hippocrate, à Cos

La statue d'Hippocrate, à Cos
Crédit photo : C. GARRÉ

Sur les hauteurs de Rhodes

Sur les hauteurs de Rhodes
Crédit photo : C. GARRÉ

L'île de pêcheurs de Symi

L'île de pêcheurs de Symi
Crédit photo : C. GARRÉ

CARESSÉE par le vent et baignée de soleil, la ville de Rhodes révèle toute la splendeur de son histoire au piéton qui sillonne les ruelles de la vieille ville. Dépassez les complexes hôteliers des côtes qui hébergent chaque année 2 millions de visiteurs, contemplez la biche et le cerf, emblèmes de Rhodes et gardiens du port de commerce où se situent le fort Saint-Nicolas et les trois moulins byzantins, et vous vous retrouverez au cœur du plus grand complexe médiéval d’Europe.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte