Capital et réforme des professions réglementées

Ce qui pourrait changer  Abonné

Publié le 13/10/2014

La concertation avec les pharmaciens s’achève et les ministres de la Santé et de l’Économie doivent rendre leur copie dans les prochains jours. Si Marisol Touraine et Emmanuel Macron ont voulu rassurer la profession sur le monopole, les règles d’installation et le capital des officines, rien ne semble encore tranché. Toutefois, ils ont évoqué à plusieurs reprises la possibilité pour les adjoints de prendre des participations dans les pharmacies. De leur côté, les syndicats ne ferment pas la porte à quelques aménagements.

L'ouverture du capital pourrait profiter aux adjoints

L'ouverture du capital pourrait profiter aux adjoints
Crédit photo : S. Toubon

LES PHARMACIENS devraient connaître dans les prochains jours le sort qui leur est réservé. Dans le cadre de la réforme des professions réglementées, il n’y aura pas de statu quo pour l’officine, ont déjà prévenu les ministres de la Santé et de l’Économie. La future loi sur la croissance et le pouvoir d’achat actuellement en préparation devrait donc modifier quelque peu le modèle officinal français. Oui, mais sur quels aspects ? Car, à en croire les récentes déclarations des ministres concernés, pas grand-chose ne devrait changer. L’ouverture du monopole ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte