Le gouvernement décrédibilisé

Ce que révèle l’affaire MAM  Abonné

Publié le 07/02/2011
Attaquée pour la manière dont elle a géré ses vacances en Tunisie, la ministre des Affaires étrangères a annoncé qu’elle ne démissionnerait pas. Elle s’est défendue sur les plateaux de télévision avec beaucoup de courage, mais ce qui la maintient en fonction, c’est moins sa dignité dans l’épreuve que l’effet désastreux de son éventuel départ.
French Foreign Minister Michele Alliot-Marie, aka MAM, answers French journalist Michel Denisot ...

French Foreign Minister Michele Alliot-Marie, aka MAM, answers French journalist Michel Denisot ...
Crédit photo : AFP

MICHÈLE ALLIOT-MARIE, son compagnon, Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement depuis novembre 2010, et d’autres membres de sa famille, étaient en Tunisie à la fin du mois de décembre. À l’aéroport de Tunis, elle a rencontré un ami tunisien et riche, Aziz Miled, qu’elle a eu l’occasion de recevoir en France à diverses reprises. Il devait se rendre à Tabarka dans son avion personnel et a proposé à MAM et à sa famille de profiter du voyage plutôt que d’utiliser une voiture. Elle a accepté.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte