Ce que préconisait l’avant-projet de Bercy  Abonné

Publié le 13/10/2014

Même si Emmanuel Macron s’en défend, affirmant qu’il existe « beaucoup de fausses idées qui circulent », le préprojet de loi diffusé dans la presse et sur notre site lequotidiendupharmacien.fr il y a quelques semaines, paraissait sans ambiguïté. Au-delà d’une remise en cause du monopole de dispensation des médicaments, le texte proposait une ouverture du capital des officines, non seulement à d’autres pharmaciens, mais aussi à des personnes extérieures à la profession. Toutefois, l’officine resterait gérée par un pharmacien.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte