Dialogue

Cas de conscience pour notre profession  Abonné

Publié le 05/09/2016

Le projet d’introduire une clause de conscience dans notre code de déontologie a fait peur à certains. Notre code met déjà en avant les principes de respect de toute vie humaine et de dignité de toute personne. Et c’est tant mieux !

Mais en regard des évolutions constatées dans les domaines de la recherche et du soin, n’est-il pas souhaitable d’anticiper certaines situations afin de définir un cadre de référence plus précis qui aiderait à nous déterminer personnellement, après réflexion, dans notre exercice professionnel ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte