HUMEUR

Carla et la politique  Abonné

Publié le 03/02/2011

Carla Bruni ne se sent « plus vraiment de gauche ». Il n’est pas surprenant qu’elle le dise, il est incroyable qu’on lui ait posé la question. Qu’est-ce qu’on cherchait à lui faire dire ? Que l’amour pour son mari n’occulterait pas ses propres convictions ? Qu’elle voterait contre lui à la présidentielle de 2012 ? Qu’elle est une femme indépendante ? Que Nicolas Sarkozy est tellement un affreux Jojo que même son épouse le trahit ? Carla a quand même été piégée. Elle s’est lancée dans un récit alambiqué : elle votait à gauche en Italie mais ne l’a jamais fait en France.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte