Cancer du sein : faut-il abandonner le dépistage systématique après 70 ans ?

Par
Publié le 17/09/2014
Femme passant une mammographie. Centre hospitalier d'Angoulême.

Femme passant une mammographie. Centre hospitalier d'Angoulême.

Une étude publiée dans le British Medical Journal remet en question l’intérêt du dépistage généralisé du cancer du sein chez les femmes de plus de 70 ans. Cette étude a recensé toutes les patientes néerlandaises de 70-75 ans ayant été diagnostiquées avec un cancer du sein entre 1995 et 2011. À partir de ce recensement, les calculs ont révélé que l’incidence des tumeurs au stade précoce a significativement augmenté après l’extension du dépistage aux septuagénaires (de 249 cas pour 100 000 femmes avant l’extension du dépistage à 363 cas pour 100 000 femmes après). Logiquement, cette identification de cancers à un stade précoce, aurait dû entraîner une nette diminution de l’incidence des cancers avancés. Or c’est loin d’être le cas. Selon les chiffres, l’incidence des cancers avancés est passée de 59 cas pour 100 000 femmes avant le dépistage à 52 cas pour 100 000 femmes après. Les auteurs estiment donc que, au-delà de 70 ans, le dépistage systématique génère beaucoup de faux diagnostics : environ 20 tumeurs auraient été surdiagnostiquées au stade précoce, pour une tumeur détectée à un stade tardif. Ils concluent que le dépistage systématique devrait donc être abandonné pour les femmes de plus de 70 ans, dont l’intérêt d’un dépistage devrait être évalué individuellement, en fonction de leur espérance de vie et de leurs facteurs de risque.


Source : lequotidiendupharmacien.fr