Humeur

Bon dernier  Abonné

Par
Publié le 16/03/2017

Je dois souligner l'extrême fraîcheur des hommes, femmes et enfants qui sont allés acclamer Sébastien Destremau, arrivé dix-huitième et dernier au Vendée Globe, soit 50 jours après le premier, Armel Le Cléac'h. On peut toujours dire que les Français sont incorrigibles qui ne négligent jamais l'occasion de faire la fête, aussi bien pour les victoires que pour les défaites. Mais n'est-il pas subtil, quoique paradoxal, de célébrer la lenteur  d'une course ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte