Cinq ans après la fin du monopole d’État

Bilan mitigé des privatisations en Suède  Abonné

Publié le 17/03/2014
Il y a tout juste cinq ans, la Suède lançait la privatisation de son réseau de pharmacies d’État et libéralisait totalement ce secteur jusque-là strictement encadré. Aujourd’hui, le bilan de cette opération apparaît contrasté : si les pharmacies sont plus nombreuses qu’autrefois et offrent plus de services, la qualité des prestations n’a pas augmenté et la concurrence ne profite guère aux clients, tandis que les conditions de travail des pharmaciens se sont plutôt dégradées.

JUSQU’EN 2009, la Suède disposait d’un réseau national de 924 pharmacies, Apoteket AB, complété par 800 dépôts de médicaments et points de livraisons répartis dans les zones isolées. Sous la pression de l’Union européenne, qui a exigé que la Suède mette fin à un certain nombre de monopoles d’État, dont celui sur les pharmacies, le pays a libéralisé son système à partir de 2009, en autorisant aussi bien les chaînes que les créations individuelles. De plus, les OTC ont été sortis du monopole et peuvent désormais être achetés dans plus de 6 000 commerces généraux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte