Rupture de ranitidine

Bien choisir son alternative  Abonné

Publié le 09/12/2019
Les spécialités à base de ranitidine ont disparu du marché français après détection d'une impureté dans certains lots. Les autorités de santé viennent de recommander des alternatives selon la voie d'administration et l'indication thérapeutique.

Depuis fin septembre, l’Azantac et ses génériques (ranitidine) ne sont plus disponibles en officine. Cette rupture pérenne fait suite à un rappel effectué par mesure de précaution en raison de la présence d’une impureté cancérogène probable (NDMA) dans certains lots.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte