Déserts médicaux

Bachelot renonce aux mesures coercitives  Abonné

Publié le 01/07/2010

LORS d’un congrès de médecine générale, à Nice, Roselyne Bachelot a créé la surprise en annonçant qu’elle renonçait à la mise en place du contrat santé solidarité, censé combattre la désertification médicale. Par ce dispositif, les médecins des zones surdotées s’engageaient à prêter main-forte à leurs confrères des zones fragiles proches. Ceux qui refusaient de signer le contrat s’exposaient à une pénalité maximale de 3 000 euros. La mesure, vivement critiquée par le corps médical, figurait pourtant dans la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte