Au Québec, la loi 41 donne des ailes aux pharmaciens  Abonné

Par
Publié le 24/05/2018
Depuis bientôt trois ans, les pharmaciens de la Belle Province ont gagné en autonomie grâce à l'application de la loi 41.

Au Québec, les officinaux peuvent prolonger une ordonnance pour éviter l'interruption du traitement, substituer en cas de rupture d’approvisionnement ou encore ajuster la posologie en fonction des cibles thérapeutiques afin d'améliorer la sécurité du patient en raison des interactions, du poids du patient, des effets indésirables, de la défaillance d'un organe ou tout simplement d'une erreur manifeste de dosage. Dans ces cas précis, ils sont autorisés à rédiger une ordonnance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte