Des tests de grossesse au rapport de l’IGF

Attaques en série contre les piliers de la pharmacie  Abonné

Publié le 05/01/2015
L’année 2014 a été marquée par une remise en cause sérieuse des fondements de l’officine à la française. Afin de relancer la croissance dans l’Hexagone et redonner du pouvoir d’achat, les ministres successifs de l’Économie, Arnaud Montebourg, puis Emmanuel Macron, envisagent notamment de casser le monopole de dispensation. Face à ces assauts, l’officine plie, mais ne rompt pas.

LE 10 JUILLET, Arnaud Montebourg, encore ministre de l’Économie, sonne la charge contre les monopoles de toute sorte. Un moyen, selon lui, de redonner du pouvoir d’achat aux Français. Toutefois, dans son discours prononcé en grande pompe en direct de Bercy, il ne prononce jamais le mot « pharmacien ». Le ministre hésite-t-il face à l’opposition affichée de certains membres du gouvernement à la vente de médicaments en dehors des pharmacies ? Peut-être, car la ministre de la Santé, Marisol Touraine, s’y est déclarée à plusieurs reprises opposée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte