Mobilité du « membre fantôme »

Améliorer la commande des prothèses  Abonné

Par
Hélia Hakimi-Prévot -
Publié le 05/10/2017
Presque trois quarts des personnes amputées d’un membre supérieur affirment être capables de bouger leur « membre fantôme » alors même qu’il a disparu. Cette mobilité, longtemps tabou, permettra potentiellement à l’avenir d’améliorer l’utilisation des prothèses..
prothèse du bras

prothèse du bras
Crédit photo : Phanie

Phénomène courant à la suite d’une amputation, le membre fantôme correspond à l’illusion de la persistance de la présence du membre amputé : 9 amputés sur 10 en font l’expérience. Ce membre fantôme est souvent associé à la douleur physique, réaliste et parfois très vive, que ressentent les amputés au niveau ce membre, qu'ils n'ont pourtant plus. Néanmoins, beaucoup de personnes amputées ressentent la présence de leur membre disparu sans souffrir de douleurs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte