Histoires de santé

Affaire Zion : lorsque l’iatrogénie fit loi

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 20/04/2017
Sydney Zion

Sydney Zion
Crédit photo : DR

C’est dans la nuit du 4 mars 1984 que Libby, étudiante au Bennington College de Vermont, fut admise aux urgences du New-York Hospital à la demande de son médecin traitant, Raymond Sherman, dans un état associant fièvre et obnubilation. Dépressive, cette jeune fille de 19 ans, polymédicamentée, était notamment traitée par la phénelzine, un antidépresseur IMAO : elle avait présenté des signes évoquant un « refroidissement » le 1er mars puis son état s’était aggravé.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)