À la Une

Accord CNAM : compromis ou trahison ?  Abonné

Publié le 18/11/2019
L'assurance-maladie et les syndicats de pharmaciens jouent les funambules dans les négociations conventionnelles qui viennent de se rouvrir. Car tout est affaire d'équilibre entre la CNAM, qui cherche à récupérer un « trop perçu » par les pharmaciens, et les syndicats aux intérêts divergents. Alors que la FSPF refuse tout compromis qui ne permettrait pas au réseau officinal de recouvrir son équilibre financier, l'USPO persévère dans la voie de l'avenant 11, négocie des ajustements avec l'assurance-maladie et obtient la création d'un nouvel acte : l'intervention pharmaceutique.
equilibre

equilibre
Crédit photo : PHANIE

Pourquoi tant de précipitation ? Le 14 novembre, Nicolas Revel, directeur général de la CNAM, Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), ont rouvert les négociations conventionnelles. Pourtant, l’avenant 11 à la convention pharmaceutique signé le 27 juillet 2017 prévoyait que les partenaires se revoient seulement à partir du 1er semestre 2020.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte