La nouvelle donne géopolitique

Accompagner l’histoire  Abonné

Publié le 28/02/2011
Les révolutions arabes ont donné lieu en France à d’intenses polémiques sur une diplomatie qui a été aveugle aux signes avant-coureurs de ces changements, lesquels nous concernent sur les plans économique, diplomatique et géopolitique. Le sursaut arabe n’a peut-être pas l’importance de l’effondrement du bloc soviétique, comme on veut nous le faire croire, mais, pour les Européens, il exige des réponses dans plusieurs domaines : économie, énergie, immigration et mise en place de régimes dont l’orientation démocratique permettra une stabilité de bien meilleure qualité que celle qu’assuraient les dictatures.

CHEZ NOUS, tout est sujet de politique intérieure, tout s’analyse en fonction des échéances électorales, tout débouche sur des querelles nationales. Comme l’a reconnu Alain Juppé, la diplomatie française a commis des erreurs d’appréciation, mais pas plus que celles de nos voisins européens où, pourtant les polémiques sont absentes. Il nous semble que l’Italie de Silvio Berlusconi était plus engagée en faveur de Kadhafi que la France de Nicolas Sarkozy.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte