Les ordres professionnels ont une image globalement positive
Brève

Les ordres professionnels ont une image globalement positive

05.06.2013

Les Français ont une image globalement positive des ordres professionnels, même si la connaissance des professions concernées est parcellaire. C’est ce qui se dégage d’une étude menée par Opinion Way pour le Comité de liaisons des institutions ordinales (CLIO). 66 % des Français ont déjà entendu parler des ordres professionnels. Ces derniers véhiculent une bonne image auprès de la majorité des Français (54 % en ont une bonne opinion, contre 20 % qui en ont une mauvaise opinion, 25 % ne se prononçant pas). Les personnes âgées de 65 ans et plus (57 %), les catégories socioprofessionnelles supérieures (56 %) et les plus diplômés (58 %) sont plus nombreuses à avoir une bonne opinion. Une majorité des personnes interrogées sont persuadées que les professionnels protègent bien leurs intérêts. Néanmoins, le corporatisme (79 %) ou le conservatisme (77 %) sont les qualificatifs que l’on attribue le plus souvent aux ordres professionnels, au contraire de la modernité, qui ne leur est associée que par 41 % des Français. Toutefois, coexistent avec ces dimensions critiques des traits d’image plus positifs comme la droiture (70 %), la compétence (77 %), la formation (65 %) ou la défense de l’intérêt général (63 %). Un très large consensus se dessine autour des missions de service public qu’un ordre professionnel est censé remplir et qu’une grande majorité des Français estime utile pour la collectivité. Ainsi, plus de 9 Français sur 10 considèrent utile la mission d’assurer le respect des devoirs professionnels (94 %), celle de veiller à la compétence des personnes qui exercent cette profession (94 %) ou celle du contrôle de l’accès à la profession des professionnels autorisés (92 %). Ce qui n’empêche pas 34 % des Français d’estimer également prioritaire que les consommateurs soient représentés au sein des instances disciplinaires des ordres professionnels pour protéger encore un peu plus leurs intérêts.

Quotipharm.com, le 05/06/2013
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Être adjoint en 2017-0
Dossier web

Être adjoint en 2017

Entretien pharmaceutique, dépistage, conciliation médicamenteuse... Les adjoints peuvent s'investir dans de nombreuses missions. Ils peuvent aussi, depuis quelques mois, acquérir jusqu'à 10 % des parts d'une officine dans laquelle ils exercent.

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.