Hostilité confirmée des Français à la vente de médicaments sur Internet
Brève

Hostilité confirmée des Français à la vente de médicaments sur Internet

27.03.2013

Plus de huit Français sur dix (81 %) déclarent qu’ils ne sont pas prêts à acheter des médicaments sur Internet. Ils craignent notamment que ce nouveau mode de vente les expose davantage à des médicaments contrefaits ou de moins bonne qualité. Le sondage LH2 pour le quotidien « Métro » confirme ainsi la forte hostilité des Français à ce mode de vente de médicaments, déjà révélée par une précédente enquête Viavoice pour le groupe Pasteur Mutualité qui indiquait exactement la même tendance.

Selon l’étude LH2, réalisée les 22 et 23 mars auprès d’un échantillon représentatif de 968 personnes, seulement 17 % des Français envisagent d’acheter des médicaments sur Internet. Près de 7 sondés sur dix (68 %) se déclarent totalement opposés à effectuer ce type d’achat. Les personnes âgées se montrent les plus réticentes (90 % des 65 ans et plus et 87 % des retraités n’envisagent pas du tout de se livrer à cette pratique), de même que les ruraux (87 %). Une courte majorité (56 %) estime en revanche que ce nouveau mode de commercialisation permettra aux consommateurs de mieux comparer les prix, et donc d’acheter les médicaments moins chers. Près de quatre Français sur dix (39 %) jugent par ailleurs que ces ventes sur Internet se feront désormais sans le contrôle ou le conseil du pharmacien, même si la loi restreint actuellement ce type de commercialisation aux seules officines.

Quotipharm.com, le 27/03/2013
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.