Prescriptions - 22 % de NS
Brève

Prescriptions22 % de NS

07.06.2012

POUR le GEMME, la baisse du taux de substitution - qui est passé de 76 % fin 2008 à 67,7 % en mars dernier -, est en partie liée à l’usage « excessif » de la mention « non substituable » (NS) par les médecins. Selon une étude BVA réalisée à la demande de l’association de génériqueurs, les généralistes utiliseraient la mention NS pour 22 % de leurs prescriptions. « Ce taux est encore plus élevé pour les médecins généralistes de plus de 55 ans et avec une patientèle importante », précise le...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
graphique

À la Une Réforme des retraites : touchez pas à la « capi » Abonné

Depuis l’annonce de compromis par le Premier ministre, le 11 janvier, les représentants de la profession travaillent d’arrache-pied pour présenter des propositions qui éviteront une mainmise totale de l’État sur le système de retraite des pharmaciens. Et plus particulièrement sur la retraite complémentaire par capitalisation (CAPI), pilier essentiel des pensions de la profession. 4

Partenaires