L’AFSSAPS suspend les laboratoires Genopharm et Alkopharm
Brève

L’AFSSAPS suspend les laboratoires Genopharm et Alkopharm

21.12.2011

L’agence du médicament (AFSSAPS) a suspendu l’autorisation d’exercer des laboratoires Alkopharm et Genopharm, accusés par un concurrent d’avoir commercialisé un traitement anticancéreux périmé, a annoncé mercredi leur président, déplorant le « sacrifice » de 150 emplois. Cette décision a été notifiée aux laboratoires par l’AFSSAPS dans des courriers du 20 décembre, alors que deux juges parisiens enquêtent sur les conditions dans lesquelles Genopharm a commercialisé des lots sous-dosés du traitement anticancéreux Thiotepa. Selon le groupe allemand Riemser, qui fabrique ce médicament, ces flacons étaient en fait périmés. « La survie de Genopharm et Alkopharm est totalement obérée par cette suspension, a déclaré à l’AFP le président des deux laboratoires, Valery Monin. Dans l’immédiat, notre organisation va être amputée de 10 % de son chiffre d’affaires. Nous n’avons aucune raison de penser que nous allons pouvoir survivre à cette suspension. » Les deux laboratoires, qui emploient au total 150 personnes, ont un chiffre d’affaires cumulé de l’ordre de 54 millions d’euros en 2011, a précisé M. Monin, qui a décidé de déposer un recours administratif.

Genopharm est suspendu de façon immédiate en ce qui concerne ses activités de fabrication et d’importation, et à partir du 3 janvier 2012 pour ses activités d’exploitation de spécialités médicamenteuses, selon M. Monin.L’AFSSAPS a cependant décidé de différer au 20 avril cette suspension concernant 28 spécialités exploitées par Genopharm et pour lesquelles aucune alternative thérapeutique n’est actuellement disponible en France, ou dont la substitution nécessite un délai ou des précautions particulières.

Genopharm et Alkopharm sont deux des entités visées par la plainte qu’a déposée Riemser en novembre, et qui a entraîné l’ouverture d’une information judiciaire pour tromperie aggravée, falsification de substances médicamenteuses ainsi que faux et usage de faux. Constatant une sous-teneur du principe actif dans des lots de Thiotepa, l’AFSSAPS, alertée en mars par Riemser, a procédé en octobre au retrait de ce médicament, qui a été remplacé par le Tepadina, un équivalent commercialisé par Riemser.

Quotipharm.com, le 21/12/2011
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
camra

Grâce à l’informatique mobile Gardez un oeil sur votre officine

Lutter contre le vol, mais aussi observer sa pharmacie dans son quotidien depuis son smartphone est désormais facile. Mais si les technologies sont aujourd’hui au point, il faut porter son attention à certains obstacles règlementaires et éthiques. 1

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.