L’IGAS recommande une évolution de la rémunération sur la dispensation
Brève

L’IGAS recommande une évolution de la rémunération sur la dispensation

29.06.2011

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) vient de rendre son rapport sur la rémunération des officinaux. Parmi 37 recommandations, l’IGAS préconise notamment de « prévoir une rémunération à l’acte des nouveaux services et leur prise en charge par l’assurance-maladie » et de « faire évoluer la rémunération de la dispensation, en concertation avec la profession, vers un honoraire de dispensation » combinant trois paramètres : ordonnance, ligne, médicaments particuliers.

Le rapport recommande également de « lever le plafond sur les remises génériques » et de « retenir le revenu moyen des titulaires comme critère d’évaluation de la situation économique des officines ». Afin d’apporter des sources supplémentaires de revenus aux officinaux, l’IGAS suggère aussi de rémunérer les enquêtes effectuées par les pharmaciens après un signalement d’effets indésirables de médicaments, ainsi que les interventions réalisées auprès des médecins, lors du contrôle des ordonnances.

Concernant le réseau officinal, l’IGAS propose de « tarir les créations en augmentant et en unifiant les quotas, en les durcissant dans les agglomérations et en instaurant un gel de dix ans », d’allonger la période de protection lors des regroupements, mais aussi de les autoriser « en tout point du territoire » et de leur étendre l’avantage fiscal en cas de retraite. Enfin, le rapport suggère de « permettre aux pharmaciens, seuls ou en société, d’être propriétaires ou copropriétaires de plusieurs officines sans limitation » et propose d’« étudier les effets d’une ouverture partielle du capital aux non-pharmaciens ».

Ces propositions devraient maintenant faire l’objet de discussions entre les syndicats de pharmaciens et les pouvoirs publics.

Quotipharm.com, le 29/06/2011
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires