Vente de médicaments sur Internet : le CNGPO pose ses conditions
Brève

Vente de médicaments sur Internet : le CNGPO pose ses conditions

07.05.2010

L’idée avancée par Roselyne Bachelot d’autoriser le commerce en ligne de spécialités pharmaceutiques sur Internet inquiète le Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine (CNGPO). Pour lui, la vente de médicament par Internet doit en effet être réservée aux seuls titulaires d’officines. « En France, la sécurisation du circuit de distribution du médicament est optimale de sa fabrication à sa dispensation car tous les acteurs sont des structures pharmaceutiques », explique le CNGPO. Aussi, il lui paraît essentiel de ne rien modifier dans le dispositif d’acheminement des spécialités jusqu’au patient. Tout aussi important à ses yeux, l’alimentation du dossier pharmaceutique et la dispensation d’un conseil sur l’utilisation et la pertinence du choix du ou des médicaments sélectionnés. Le Collectif estime donc que si la vente à distance était légalisée, « la récupération des commandes ne pourrait se faire que dans l’officine à laquelle le site sert de support de vente et en aucune façon par le biais d’un envoi postal ou d’une livraison par un prestataire de service. » Les médicaments en libre accès pourraient donc être vendus dans une « officine virtuelle » mais ne pourraient être récupérés que dans une officine qui a pignon sur rue, résume son président, Pascal Louis.

Quotipharm.com, 05/05/2010
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
écosse

À la Une Les pharmaciens britanniques face au Brexit Abonné

Les conséquences pour le système de santé d'un « Brexit sans accord » inquiètent les pharmaciens britanniques. À l'approche de la date fatidique du 29 mars, ils se préparent aux éventuelles ruptures de stock qui pourraient survenir dans les semaines suivant le Brexit. Commenter

Partenaires