Des vignettes orange pour plus de 200 médicaments
Brève

Des vignettes orange pour plus de 200 médicaments

26.02.2010

Annoncée ce matin par « Les Échos » et  « La Tribune », confirmée par l’assurance-maladie, la nouvelle fait grand bruit. Alors que Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, avait annoncé en octobre qu’une centaine de médicaments verraient leur taux de remboursement passer de 35 à 15 %, ce sont plus de 200 références qui sont désormais visées. « Si l’on inclut les différentes versions génériques d’une même molécule, on dépasse les 600 présentations », précisent « Les Échos ». La Sécurité sociale a envoyé un courrier aux laboratoires dont un ou plusieurs médicaments sont concernés, leur permettant de présenter leurs observations quant à cette décision dans un délai d’un mois. Le ministère de la Santé a indiqué que les médicaments concernés ont un service médical rendu (SMR) jugé faible ou insuffisant par la Haute Autorité de santé (HAS). Différentes classes thérapeutiques sont touchées, allant de l’antibiotique local comme Flammazine au topique antiviral Zovirax en passant par le désinfectant Hexomédine, le médicament contre le rhume Rhinadvil ou de nombreux vasodilatateurs cérébraux et périphériques comme Fonzylane, Praxilène, Capergyl, Tanakan, etc.

Le retour des vignettes orange, qui signalent un remboursement à 15 % par l’assurance-maladie, est prévu à partir du mois d’avril. Les décisions de baisse de remboursement seront prises médicament par médicament, et paraîtront donc au fur et à mesure au « Journal Officiel ». Les fabriquant ont un mois, après la décision, pour écouler leurs stocks de médicaments vignettés à 35 %. L’objectif de cette mesure est une économie de 145 millions d’euros pour l’assurance-maladie en 2010.

Quotipharm.com, le 26/02/2010
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires