Vaccins contre la grippe : les États-Unis parient sur une nouvelle technologie
Brève

Vaccins contre la grippe : les États-Unis parient sur une nouvelle technologie

24.06.2009

Le ministère américain de la Santé a annoncé mardi investir dans une nouvelle technologie génétique de production de vaccins antigrippaux qui pourrait permettre dans le futur d'en produire plus rapidement pour mieux faire face à la grippe saisonnière et à une pandémie. Un contrat de 35 millions de dollars a été attribué à la société Protein Sciences Corporation, Inc., de Meriden, dans le Connecticut. Ce contrat pourrait être reconduit pendant une période de cinq ans, ce qui en porterait le montant à quelque 147 millions de dollars au total. « La technologie a fait des progrès ces dernières années à un point que nous pensons que cela pourrait nous aider à faire face à une explosion de la demande de vaccins contre la grippe saisonnière aux États-Unis et contre une pandémie, explique Kathleen Sebelius, ministre de la Santé. Nous voulons aussi utiliser cette technologie pour aider les autres pays à répondre aux maladies infectieuses émergentes. » Cette nouvelle technologie, dite de recombinaison génétique, consiste à extraire un gène d'un virus de la grippe et à l'insérer dans le virus d'un insecte appelé baculovirus, qui est inoffensif pour les humains et peut se multiplier rapidement dans des cellules d'insectes. Ces cellules sont purifiées pour devenir le support du vaccin antigrippe. Elles peuvent être produites en grandes quantités, être congelées et conservées sans limite. Par rapport aux techniques traditionnelles de production de vaccins (l'incubation dans des œufs de poules), les vaccins produits par génie génétique permettent aux chercheurs de contrôler avec plus de précision leurs caractéristiques. Il n'est plus nécessaire d'utiliser le virus entier, seul l'antigène, capable de déclencher une réponse immunitaire, est inséré. Si cette nouvelle technologie s'avère sans danger et efficace et que l'agence américaine des médicaments (FDA) en autorise la commercialisation, Protein Sciences Corporation devra pouvoir produire un vaccin opérationnel dans les quatre mois après le début d'une pandémie et au moins 50 millions de doses dans les six mois.

Quotipharm.com, le 24/06/09
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires