À la Une - Gardes de nuit sous tension

À la UneGardes de nuit sous tension

Mélanie Maziere, Didier Doukhan
| 15.06.2017

Engagé depuis le début de l'année dans une grève symbolique des gardes de nuit, Emmanuel Duclos, titulaire à Salbris (Loir-et-Cher), ne décolère pas. De même que son confrère, Didier Huguet, titulaire à Châteaudun (Eure-et-Loir) qui a découvert presque par hasard que le filtrage des patients nocturnes n'était plus assuré. La sécurisation des gardes de nuit n'est certes pas une obligation, mais semble être une nécessité.

  • Pharmacie garde de nuit

Les pharmacies auraient-elles peur du noir ? Sans aller jusque-là, la question de la sécurité des officines lors des gardes de nuit peut parfois poser problème. Surtout lorsque le filtrage préalable des patients, autrefois assuré par le commissariat de police, n'est plus réalisé.

C'est justement parce que la gendarmerie de Romorantin a décidé, le 1er décembre 2016, de ne plus vérifier l'identité des détenteurs d'ordonnance, qu'Emmanuel Duclos, titulaire à Salbris ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires