À la Une - Gardes de nuit sous tension

À la UneGardes de nuit sous tension

Mélanie Maziere, Didier Doukhan
| 15.06.2017

Engagé depuis le début de l'année dans une grève symbolique des gardes de nuit, Emmanuel Duclos, titulaire à Salbris (Loir-et-Cher), ne décolère pas. De même que son confrère, Didier Huguet, titulaire à Châteaudun (Eure-et-Loir) qui a découvert presque par hasard que le filtrage des patients nocturnes n'était plus assuré. La sécurisation des gardes de nuit n'est certes pas une obligation, mais semble être une nécessité.

  • Pharmacie garde de nuit

Les pharmacies auraient-elles peur du noir ? Sans aller jusque-là, la question de la sécurité des officines lors des gardes de nuit peut parfois poser problème. Surtout lorsque le filtrage préalable des patients, autrefois assuré par le commissariat de police, n'est plus réalisé.

C'est justement parce que la gendarmerie de Romorantin a décidé, le 1er décembre 2016, de ne plus vérifier l'identité des détenteurs d'ordonnance, qu'Emmanuel Duclos, titulaire à Salbris ...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Coronavirus : vers une crise de la production des médicaments ?-0

Coronavirus : vers une crise de la production des médicaments ?

Selon l'Académie nationale de pharmacie, 80 % des principes actifs utilisés dans les médicaments sont fabriqués hors de l'Europe, et principalement en Asie. La Chine est un très grand pourvoyeur, mais son économie tourne au... Commenter

Partenaires