Le monde aujourd'hui - Affaire Ferrand : Macron prend un risque

Le monde aujourd'huiAffaire Ferrand : Macron prend un risque

Richard Liscia
| 06.06.2017

En refusant de limoger Richard Ferrand, empêtré dans une affaire de conflit d'intérêts, le président de la République affaiblit sa campagne des législatives et son projet de loi de moralisation de la vie politique que vient de présenter François Bayrou, ministre de la Justice.

  • Macron prend un risque

Les Français approuveraient le contenu de la loi de moralisation de la vie politique s'ils en trouvaient l'application concrète dans le cas Ferrand. Au lieu de quoi, le président, le Premier ministre et le ministre de la Justice leur envoient un message brouillé destiné à les persuader du mérite d'une position en vertu de laquelle M. Ferrand peut rester à son poste de ministre de la Cohésion des territoires tant qu'il n'est pas mis en examen. Cette position était déjà difficilement...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires