Histoire de la pharmacie - L'apothicaire anglais qui apporta la poudre de quinquina en France. « Monsieur Talbor fébrifuge est arrivé » !

Histoire de la pharmacieL'apothicaire anglais qui apporta la poudre de quinquina en France. « Monsieur Talbor fébrifuge est arrivé » !

Julie Chaizemartin
| 22.05.2017

C’est probablement un des personnages les plus sulfureux et passionnants de l’histoire de la pharmacie. On sait de lui qu’il était apothicaire, d’abord apprenti à Cambridge chez Peter Dent, avant de partir dans la région impaludée de l’Essex pour tester une nouvelle manière d’administrer le quinquina.

  • doc1
  • doc2
  • famille

Certains le rangent dans la famille des charlatans. Une chose est sûre, l’homme était très malin, au point de bientôt rendre jaloux l’ensemble du corps médical français.

« C'est dommage que Molière soit mort ; il ferait une scène merveilleuse de Daquin, qui est enragé de n'avoir pas le bon remède, et de tous les autres médecins, qui sont accablés par les expériences, par les succès, et par les prophéties comme divines de ce petit homme… » Voilà comment...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires