Toxicologie - Une puce, alternative à l'expérimentation animale

ToxicologieUne puce, alternative à l'expérimentation animale

Didier Doukhan
| 24.04.2017
  • dessin

Chaque année en France, près de 2,2 millions de cobayes sont utilisés dans les laboratoires pour la recherche. Car, bien que l'Union européenne ait interdit les tests sur les animaux dans le cadre de la production des cosmétiques, rats, souris, chats ou encore primates participent encore largement aux essais de toxicité qui précèdent les premiers tests d'efficacité des médicaments sur l'homme. Le recours aux « organes sur puces » de la société américaine Emulate...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires