Toxicologie - Une puce, alternative à l'expérimentation animale

ToxicologieUne puce, alternative à l'expérimentation animale

Didier Doukhan
| 24.04.2017
  • dessin

Chaque année en France, près de 2,2 millions de cobayes sont utilisés dans les laboratoires pour la recherche. Car, bien que l'Union européenne ait interdit les tests sur les animaux dans le cadre de la production des cosmétiques, rats, souris, chats ou encore primates participent encore largement aux essais de toxicité qui précèdent les premiers tests d'efficacité des médicaments sur l'homme. Le recours aux « organes sur puces » de la société américaine Emulate...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Rupture stock

Médicaments : le plan anti-rupture du LEEM

Le LEEM l'avait annoncé par la voix de son président Philippe Tcheng lors de ses vœux, c'est chose faite. Les industriels du médicament présentent leur plan d'actions en six points pour agir contre les pénuries de médicaments.... 4

Partenaires