Toxicologie - Une puce, alternative à l'expérimentation animale

ToxicologieUne puce, alternative à l'expérimentation animale

Didier Doukhan
| 24.04.2017
  • dessin

Chaque année en France, près de 2,2 millions de cobayes sont utilisés dans les laboratoires pour la recherche. Car, bien que l'Union européenne ait interdit les tests sur les animaux dans le cadre de la production des cosmétiques, rats, souris, chats ou encore primates participent encore largement aux essais de toxicité qui précèdent les premiers tests d'efficacité des médicaments sur l'homme. Le recours aux « organes sur puces » de la société américaine Emulate...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
formation

DPC : 88 % des titulaires se sont formés sur 3 ans

Plus de 24 000 titulaires ont effectué au moins une formation validant pour le DPC sur la période triennale 2017-2019. L’heure du bilan du développement professionnel continu (DPC) a sonné, en cette fin de période triennale... Commenter

Partenaires