Un biscuit hyperprotéiné remboursé par la Sécu

Un biscuit hyperprotéiné remboursé par la Sécu

Charlotte Demarti
| 11.04.2017
  • Protibis

Les biscuits hyperprotidiques Protibis sont désormais pris en charge par l’assurance-maladie depuis le 1er mars.

Issues de la recherche clinique du CHU de Nice, les galettes hyperprotéinées Protibis visent à lutter contre la perte de poids des patients dénutris. Depuis le 1er mars, ces biscuits sont pris en charge par la Sécurité sociale sous le code LPPR 1 179 343. « Ces biscuits sont particulièrement adaptés aux personnes âgées, mais aussi aux malades atteints...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
chantal s Infirmier 12.04.2017 à 22h59

Bravo pour le laboratoire. C'est tout bénéfice. Et au moins plus besoin de personnel pour donner à manger aux personnes âgées et dénutries. Au fait quel laboratoire ?

Répondre
 
CHARLOTTE D La rédaction du Quotidien du Pharmacien 13.04.2017 à 10h28

Protibis est distribué en France par Solidages, laboratoire de recherche en santé buccale et nutrition à
l’hôpital et l’université de Nice.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 4

Partenaires