Un particularisme français

Un particularisme français

06.04.2017

Fixer le nombre d’adjoints en fonction du volume d’activité de la pharmacie est une pratique bien française. Aucun autre pays européen ne retient ce critère. Il semble même excessif à nos voisins.

« Nous ne sommes que deux pharmaciennes dans notre officine d'un chiffre d’affaires de plus de cinq millions d’euros », déclare, surprise, une consœur allemande informée de la réglementation française. Même étonnement en Belgique où les titulaires ne sont pas soumis à de telles restrictions. Pas davantage de seuils en Suisse, ni dans les autres pays européens.

Si elles n’en fixent pas le nombre par tranche de chiffre d'affaires comme en France, la...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Coronavirus : vers une crise de la production des médicaments ?-0

Coronavirus : vers une crise de la production des médicaments ?

Selon l'Académie nationale de pharmacie, 80 % des principes actifs utilisés dans les médicaments sont fabriqués hors de l'Europe, et principalement en Asie. La Chine est un très grand pourvoyeur, mais son économie tourne au... Commenter

Partenaires