Le monde aujourd'hui - Le mur anti-réforme

Le monde aujourd'huiLe mur anti-réforme

Richard Liscia
| 03.04.2017

De quel crime Manuel Valls est-il accusé par ses anciens « amis » socialistes ? De s'être parjuré en refusant de soutenir Benoît Hamon après avoir promis de se rallier au vainqueur de la primaire. Le chef d'accusation est incontestatble. L'usage qui en est fait par les anciens frondeurs devenus provisoirement maîtres du jeu socialiste est indécent, en ce sens que les insultes adressées à l'ex-Premier ministre transforment la campagne électorale en débat de  caniveau. :

  • Le mur anti-réforme

Ce qui rend hystériques les partisans de M. Hamon, c'est sans doute moins la personnalité de M. Valls que son projet. L'ancien chef de gouvernement ne craint pas la victoire, presque impossible du candidat du PS. Il s'oppose à ce que la gauche soit refondée après les élections selon les critères d'un seul groupe, incarné par les Aubry, les Montebourg, les Filipetti, les José Bové, et tant d'idéologues irréductibles. La querelle entre M. Valls et M. Hamon ne porte pas sur les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires