Santé animale - Ceva, nouveau leader français

Santé animaleCeva, nouveau leader français

Mélanie Maziere
| 16.02.2017

L’ancienne filiale de Sanofi rachetée en 1999 par ses cadres a fait du chemin. Abonné de longue date à une croissance à deux chiffres, Ceva ne déroge pas à la règle en 2016 et devient – grâce au rachat de Merial par Boehringer Ingelheim – le nouveau numéro un français des laboratoires vétérinaires.

  • Dr Marc Prikazski, PDG de Ceva Santé Animale

Avec une croissance à deux chiffres à faire pâlir la plupart des Big Pharma, le laboratoire vétérinaire français Ceva poursuit sa dynamique en 2016. Le rachat du français Merial par l’allemand Boehringer Ingelheim, fait mécaniquement de lui le nouveau leader français et le numéro 6 mondial. Mais le succès de Ceva ne repose pas seulement sur les aléas des fusions et acquisitions entre concurrents, son équipe dirigeante a mis les bouchées doubles l’an dernier en termes de croissance...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires