Numérisation du plus ancien journal pharmaceutique britannique - « Chemist and Druggist » : 157 ans de pharmacie à portée de clic

Numérisation du plus ancien journal pharmaceutique britannique« Chemist and Druggist » : 157 ans de pharmacie à portée de clic

03.10.2016

Située au cœur de Londres, la bibliothèque Wellcome d’histoire de la médecine est l’une des plus riches du monde dans le domaine de l’histoire de la santé. Comme d’autres institutions du même type, elle numérise petit à petit certaines de ses collections, et a récemment mis en ligne le plus ancien journal pharmaceutique britannique, que l’on peut désormais feuilleter aussi facilement que l’édition en ligne du « Quotidien »… un jeu passionnant, instructif et parfois même addictif !

  • photo3
  • photo5
  • photo1
  • photo4
  • photo2

Publié sans interruption depuis octobre 1859, d’abord mensuellement puis chaque semaine, le journal « Chemist and Druggist » se démarquait des autres publications pharmaceutiques de l’époque par ses informations pratiques, très axées sur les besoins quotidiens des pharmaciens, à l’inverse de ses concurrents plus scientifiques et plus universitaires. En France, en dehors des journaux scientifiques de pharmacie qui remontent au début du XIXe siècle, le premier journal...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires