Transmission des savoirs scientifiques - Les bonnes feuilles de la pharmacie médiévale

Transmission des savoirs scientifiquesLes bonnes feuilles de la pharmacie médiévale

Julie Chaizemartin
| 13.06.2016

Au cœur de la transmission du savoir pharmaceutique au Moyen Âge, les textes de l’École de Salerne occupent une place particulière. Tel était l’objet de la conférence intitulée « La Pharmacie au Moyen Âge : la pratique et les livres » donnée le 8 juin à Orléans par Iolanda Ventura, titulaire de la Chaire d’Excellence « Histoire des Savoirs Scientifiques du Moyen Âge » au CNRS-IRHT (Université d’Orléans).

  • moyen-âge

Parmi les textes porteurs du savoir pharmaceutique, le Circa Instans ou Livre des simples médecines de Matthaeus Platearius, savant médecin de l’École de Salerne, a joué un rôle que les historiens comprennent mieux aujourd’hui, celui d’un manuel pharmaceutique, autant pour les médecins et les apothicaires que pour les épiciers et les gens du peuple. « Il a véhiculé un message médical et pharmaceutique à travers toute l’Europe médiévale et a contribué à mettre en place un ensemble d...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires