Manuel Valls face à l’adversité - Un pouvoir réduit à la com’

Manuel Valls face à l’adversitéUn pouvoir réduit à la com’

28.09.2015

À écouter la communication du gouvernement, il n’y aurait que de bonnes nouvelles : les impôts baissent alors que, en réalité, on s’apprête à augmenter les taxes sur le carburant et sur les cigarettes et que les impôts locaux s’envolent ; le régime des retraites va redevenir excédentaire en 2016 alors que l’embellie pour les pensions n’est que passagère et que le déficit de l’assurance-maladie augmente ; la vente des Mistral, naguère destinés à la Russie et finalement achetés à l’Égypte nous permet de ne pas perdre un centime, alors que, en fait, nous y laisserons un bon milliard en frais divers.

  • Valls jeudi à la télévision

Manuel Valls n’a pas eu de chance, jeudi dernier, quand il est resté trois heures à la télévision quelques heures à peine après l’annonce d’une hausse de 0,6 % du chômage, soit 20 000 personnes qui ont perdu leur emploi. Suffit-il que le président et le Premier ministre fassent contre fortune bon cœur chaque fois qu’ils doivent commenter l’aggravation du chômage en France, soit 12 fois par an ? L’incapacité de l’économie française à créer des emplois, en dépit du fameux alignement des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires