Substitution générique - L’assurance-maladie durcit le ton sur la mention « NS »

Substitution génériqueL’assurance-maladie durcit le ton sur la mention « NS »

Mélanie Maziere
| 23.03.2015

Les prescripteurs qui utilisent beaucoup la mention « non substituable » sur leurs ordonnances sont dans le viseur de l’assurance-maladie. Mais dans la chasse ouverte aux abus de « NS », les caisses ciblent parfois aussi les pharmaciens.

  • Rejet de remboursement pour cause d'écriture illisible du médecin

LA GUERRE aux mentions « non substituable » engagée par l’assurance-maladie ne vise plus seulement les médecins. Une titulaire du Val d’Oise en a récemment fait les frais. La pharmacienne a en effet vu sa caisse d’assurance-maladie lui opposer un rejet de remboursement pour une ordonnance sur laquelle figuraient plusieurs médicaments avec la mention non substituable (NS). Le motif ? L’écriture du médecin était illisible. Une assertion qui pourrait relever du pléonasme. « C’est bien l...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Buzyn

Agnès Buzyn pour la fermeture des « coffee-shops » à la française

Invitée sur RTL dimanche, la ministre de la Santé Agnès Buzyn insiste sur l'illégalité de la vente de cannabis contenant du THC, quel que soit son taux. Opposée à la légalisation et à la dépénalisation du cannabis, elle se montre... 2

Partenaires