Les sociétés de services au secours de la santé - En Italie, Blueassistance voit l’avenir en rose

Les sociétés de services au secours de la santéEn Italie, Blueassistance voit l’avenir en rose

05.02.2015

En italie, face à une santé publique en difficulté, les sociétés de prestation de service tentent de faire leur trou en promettant des services efficaces, rapides et surtout à des prix avantageux. Dans un marché ou seulement quatre sociétés tentent de s’insérer, Blueassistance dresse un bilan positif de ses activités.

  • La vitrine d’une pharmacie romaine faisant la promotion de Blueassistance

CE N’EST PAS une mutuelle mais une société de services. Crée en 1993, la société Blueassistance est contrôlée à 100 % par le premier assureur italien, Reale Mutua Assicurazioni. « Les clients signent un contrat avec l’assureur et Blueassistance gère toute la partie liée aux services, notamment dans le secteur de la santé », explique Simona Senati, responsable du département marketing de la société de services. Face à un système de santé publique en difficultés après les multiples coupes...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires