Allaitement maternel : un bon début, mais beaucoup d’abandons

Allaitement maternel : un bon début, mais beaucoup d’abandons

Charlotte Demarti
| 08.10.2014
  • Allaitement maternel : un bon début, mais beaucoup d’abandons-1
  • % des femmes allaitant à la naissance

À la maternité, 74 % des femmes choisissent d’allaiter, révèle l’étude Epiphane réalisée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) sur un échantillon de 3 365 enfants nés au cours du premier trimestre 2012. Malheureusement, avec le temps, les femmes ont tendance à abandonner progressivement l’allaitement maternel. En effet, à 3 mois, près de 40 % des nourrissons sont encore allaités au sein (dont 21 % de façon exclusive ou prédominante, et 18 % de façon mixte en alternance avec du lait maternisé). À 6 mois, seulement un enfant sur quatre était encore allaité et plus de la moitié d’entre eux consommaient des préparations pour lait infantile en complément. Enfin à un an, seuls 9 % des enfants recevaient encore du lait maternel. Avec ces résultats, la France est loin des recommandations du PNNS, qui préconise l’allaitement maternel « de façon exclusive jusqu’à 6 mois, et au moins jusqu’à 4 mois pour un bénéfice santé ». Le PNNS recommande également de poursuivre l’allaitement maternel après 6 mois en accompagnement d’une alimentation diversifiée. Pour les auteurs, « les résultats de cette étude montrent la nécessité de promouvoir l’allaitement maternel et d’encourager sa poursuite jusqu’à 6 mois auprès des mères qui ont choisi d’allaiter ». Une promotion qui passe par « l’information des futures et nouvelles mères, et par la formation renforcée du personnel de périnatalité, pédiatrie infantile et PMI ».

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.